Accueil | Adresses | Coûts | Cameroun | Cercle franco-africain | Cuisine | Communication | Formalités | Elle-Lui | FAQ | Forum | Histoire | Liens | Livres | Livre d'or | Mariage | Plan du site | Photos | Renseignements | Santé
sara-alain.com

Accueil

accueil

Sommaire

pourquoi ce site

Mais aussi

Qui somme nous

Elle et lui

Il était une fois

Photos

Foire aux questions

Formalités

Acte de naissance

Carte d'identité

Passeport

Visa touristique

Visa pour mariage

Attestation d'accueil

Certificat d'hébergement

Pour le mariage

Certificat de célibat

Certificat de coutume

Carte de séjour

Carte de résident

Nationalité Française

Nelle loi d'immigration

Permis de conduire

Les coûts

Les adresses

Mariage

Publier les bans

Pièces à fournir

Certificat prénuptial

La légalisation

Polygamie

Les témoins

La préparation

La célébration

Les conséquences

Mariage en France ?

Mariage à l'étranger

La dot

Photos

Voyage

L'avion

Les coûts

Les adresses

Santé

Les vaccins

Anti-paludisme

Visite prénuptiale

Visite OFII

Trousse médicale

Sécurité sociale

Adaptation à la France

Communiquer

Le téléphone

Carte téléphonique

Internet

Le courrier

Transfert d'argent

Western-Union

Au Cameroun

Banques

Distributeurs de Billets

Le Cameroun

Généralités

Histoire

Livres

La cuisine

Cuisiner

On trouve en France

Recettes

Restaurants

épiceries

Liens

Cercle franco-africain

Les sites à connaître

Ou s'adresser

Beauté

Salons de coiffure

Restaurants

épiceries

Livres

Contacts

Renseignements

Cercle franco-africain

Forum

Livre d'or

Sara et Alain : Un amour en noir et blanc !

Démarches pour un mariage mixte

 

Pourquoi nous sommes nous mariés en France ?

Quelles sont les conditions à remplir pour se marier ?

Lieu d'obtention formalités et délais

Quelles sont les pièces à fournir pour les Français?

Quelles sont les pièces à fournir pour les étrangers?

La publication des bans

Célébration du mariage

Le conjoint étranger après un mariage en France

Si le mariage est célébré à l'étranger

Et la "Dot" alors ! ...

Anneaux


Pourquoi nous sommes nous mariés en France ?

C'était notre choix à tous les deux. Il nous semblait préférable que Sara ait une petite vision de la France, pays ou elle souhaitait vivre, avant de dire le "Oui" du mariage.

D'autre part, nous craignions des difficultés pour obtenir le rapprochement familial si le mariage était célébré au Cameroun. Les délais étant déja très longs ( souvent six mois)

Nous aurions fait le mariage au Cameroun, si le visa de Sara avait été refusé une seconde fois.

ATTENTION : Ceci était réalisable en 2001-2002-2003. Depuis, la législation a fortement bougée et pas du tout en faveur de l'immigration. Il est, maintenant, quasiment impossible de se marier en France !!!
Le visa n'est n'est pour ainsi dire jamais accordé si la demande est faite dans un projet de mariage. Le mariage doit donc se faire à l'étranger.
Il faut également faire très attention au respect de la législation française pour pouvoir faire la transcription par la suite.

(Cliquez ici pour des informations sur le mariage à l'étranger)

Quelles sont les conditions à remplir pour se marier ?

Les conditions sont les mêmes pour les étrangers et les Français

  • Il n'est pas nécessaire que l'étranger soit en situation régulière (exemple : visa ou de titre de séjour manquant ou périmés).
  • Les époux doivent être de sexe opposé (homme et femme).
  • Le futur époux doit avoir au moins 18 ans et la future épouse doit être âgée de 15 ans au moins (le mariage doit être consenti par les parents si elle a moins de 18 ans). Au-dessous de ces âges, le mariage peut être autorisé, après avoir obtenu une dispense du procureur de la République (en cas de grossesse).
  • La polygamie est interdite en France.
  • Vous ne pouvez pas vous marier si vous êtes encore dans les liens d'un précédent mariage (en France ou à l'étranger)
  • Une femme divorcée ou une veuve doit attendre 300 jours pour se remarier, sauf si elle présente un certificat médical attestant qu'elle n'est pas enceinte.
  • Le mariage est interdit entre parents et enfants, frères et sœurs, oncles et nièces ou tantes et neveux.
  • Le consentement des époux est une condition essentielle de la validité du mariage.
  • Les mariages "blancs" sont nuls car l'intention des époux de vivre ensemble n'est pas réelle.
  • Le consentement au mariage ne doit pas non plus avoir été donné sous l'empire de la violence ou par erreur.
  • Le mariage religieux n'est pas obligatoire.
  • Toutes les formalités sont gratuites (sauf le notaire).

Lieu d'obtention formalités et délais

  • S'adresser à la mairie du domicile ou de la résidence (continue d'un mois à la date de la publication) de l'un des époux.
  • Un des futurs conjoints, doit se présenter à la mairie choisie pour le mariage, deux mois, minimum, avant la date prévue du mariage. Une brochure d'explications sur les documents à fournir  est remise par la mairie.
  • Cette mairie transmet le dossier à la mairie de l'autre époux (s'il ne réside pas dans la même commune).
  • La date de mariage doit être communiquée au maire, au moins 2 mois avant la cérémonie.
  • Déposer le dossier complet à la mairie au plus tard 20 jours (ou 30 jours si l'un des conjoints est étranger) avant la date prévue du mariage.
  • Les deux époux doivent se rendre à la Mairie afin de fournir tous les renseignements nécessaires à la constitution finale du dossier de mariage.
  • Si les époux font un contrat de mariage (devant le notaire), ils devront le préciser à l'Officier de l'état Civil.
  • Ils doivent également préciser s'ils ont eu des enfants ensemble. Dans ce cas, ils devront fournir les actes de naissances avec les mentions de reconnaissance des 2 parents.

Quelles sont les pièces à fournir pour les Français ?

  • Les certificats prénuptiaux, étaient obligatoires à l'époque. Cette formalité est abrogée depuis le 20 décembre 2007 (article 8 de la loi n° 2007-1787).

  • Un extrait d'acte de naissance de chacun des époux indiquant la filiation. S'il a été délivré en France. Il doit dater de moins de 3 mois (à la date du mariage).
  • La liste des témoins. De un à deux témoins par époux. Ces témoins doivent être majeurs. Une copie d'une pièce d'identité de ces témoins peut être demandée (carte d'identité, passeport, permis de conduire,...).
  • Deux justificatifs de domicile (titre de propriété, certificat d'imposition ou de non-imposition, quittance de loyer, assurance de logement, de gaz, d'électricité ou de téléphone). Ce qui permet au maire de vérifier qu'il est territorialement compétent pour célébrer le mariage.
  • Une attestation, sur l'honneur, de domicile ou de résidence pour chacun des époux (les formulaires sont remis par la mairie avec la brochure d'explications).
  • Une preuve de votre identité. N'importe quelle pièce, même périmée, suffit (Passeport, carte d'identité, permis de conduire, carte d'identité consulaire). En cas d'impossibilité ou de refus de présenter une pièce d'identité, le maire ne peut refuser ou retarder la célébration du mariage. Il peut, alors, saisir le procureur de la République. Celui-ci pourra procéder à une enquête au terme de laquelle, éventuellement, il lui sera possible de s'opposer au mariage.
  • Les divorcés ou veufs devront présenter le livret de famille de l'union précédente.
  • Les personnes veuves devront fournir l'acte de décès du précédent conjoint.

Quelles sont les pièces à fournir pour les étrangers?

 Les papiers sont les mêmes que pour les Français, mais certains documents peuvent être demandés en plus ou être acceptés sous d'autres conditions tels que :.

  • L'acte de naissance.
  • Contrairement à la France ou un "extrait" du registre des naissances peut être demandé à la mairie, quand on le veut. Au Cameroun, par exemple, c'est un original de " l'acte de naissance " qui est donné (une fois pour toutes) par mairie du lieu de naissance.

    Les actes délivrés par une autorité étrangère doivent être acceptés, quelle que soit leur date de délivrance. Ils doivent être traduits et légalisés.

La légalisation est une mesure administrative qui a pour but d'authentifier la signature de l'acte, par l'apposition d'un contreseing officiel.

Certains pays sont dispensés de cette légalisation : Algérie, Allemagne, Autriche, Belgique, Bénin, Brésil, Bulgarie, Burkina-Faso, Cameroun, Centrafrique, Congo, Côte d'Ivoire, Danemark, Djibouti, égypte, Espagne, Gabon, Hongrie, Italie, Kiribati, Luxembourg, Madagascar, Mali, Maroc, Mauritanie, Monaco, Niger, Pays-Bas, Portugal, Roumanie, Royaume-Uni, Saint-Marin, Sénégal, Suisse, Tchad, Tchécoslovaquie, Togo, Tunisie, Turquie.

Si les documents exigés par la loi française ne suffisent pas au maire pour vérifier que les conditions sont remplies (notamment pour s'assurer que vous n'êtes pas déjà marié). Il peut demander la production de documents complémentaires tels que :

  • Une attestation de célibat ou de non-remariage pour les étrangers.
  • Un certificat de coutume. Il s'agit d'un extrait de la réglementation du pays d'origine sur l'état civil. Ce document peut être délivré, soit par les autorités de l'état d'origine de l'étranger (consulat, ministère...), soit par un juriste français (professeur de droit, avocat). Il suffit souvent de s'adresser au service de l'état civil du consulat en France du pays d'origine.
    Sara a obtenu ces pièces (certificat de coutume, certificat de célibat ainsi qu'une copie de l'acte de naissance) auprès du consulat du Cameroun de Paris.
  • En cas de refus ou d'impossibilité de fournir un certificat de coutume, le maire doit célébrer le mariage, si les conditions sont remplies.
    En cas de difficulté, il doit saisir le procureur de la République qui peut mener une enquête et éventuellement s'opposer au mariage
  • Le futur conjoint étranger peut se prévaloir d'une loi personnelle plus favorable que la loi française. Dans ce cas, le maire doit exiger un certificat de coutume pour connaître la loi étrangère ou un certificat de capacité matrimoniale.
  • Si la loi étrangère va à l'encontre de l'ordre public français (loi autorisant le mariage entre alliés, la polygamie...), le maire doit refuser de célébrer le mariage. En cas de difficulté, il doit saisir le procureur de la République

La publication des bans

 C'est obligatoire. Le maire fait publier les bans (affichage officiel annonçant un mariage).

  • Sauf dans certains cas, avant la publication des bans, le maire est en droit de demander à rencontrer les futurs époux (ensembles ou séparément).
  • Les bans sont affichés pendant 10 jours sur panneau d'affichage de la Mairie, 15 jours au moins, avant la date du mariage dans la commune où il sera célébré.
  • Cette mairie transmet le dossier à la mairie de l'autre époux (s'il ne réside pas dans la même commune) pour affichage de la publication des bans.
  • Dans le cas d'un conjoint domicilié à l'étranger, la mairie transmet le dossier au consulat étranger basé en France. Le consulat devra faire publier les bans à la mairie étrangère.
    A l'issue de cette publication (1 mois au Cameroun), le futur époux étranger pourra aussi retirer auprès de sa mairie un (ou plusieurs) certificat(s) de non-opposition, notamment pour demander son visa.
    D'autre part, la mairie étrangère retournera un autre "certificat de publication des bans et de non-opposition" à son consulat France. Ce document sera visé par le consul pour établir la capacité matrimoniale. Ce certificat ne peut être retiré que par le futur conjoint étranger (donc quand il sera en France).
  • Dans le cas ou les deux époux résident dans la même commune ou au même domicile (depuis plus d'un mois), une seule publication des bans sera affichée à la mairie de ce domicile.
    C'est notre cas, Sara étant arrivée en France, avec un visa de trois mois, un mois et demi avant le mariage, la mairie s'est contentée de cette seule publication.
    (A noter que le consulat de France au Cameroun, demandait pour l'obtention du visa, un certificat de publication des bans et de non-opposition tant pour la France que pour le Cameroun...).
  • Vous pouvez vous marier dès le onzième jour suivant les affichages.
  • Un "certificat de publication des bans et de non-opposition", peut être obtenu, dans les mairies respectives, au terme de ces onze jours d'affichage (1 mois au Cameron).
  • La publication restera valable un an.

 
 
 
 
 
 

Liste des documents remis par le consulat du Cameroun

Célébration du mariage

 Le mariage est obligatoirement célébré en présence de deux témoins au moins et de quatre au plus, majeurs ou émancipés, choisis par les futurs époux.

 Le jour du mariage, un livret de famille est remis aux époux.

Droits du conjoint étranger après le mariage en France

Les jours qui suivent immédiatement votre mariage, profitez de ce que votre visa soit encore valide, pour demander une carte de séjour temporaire d'un an, mention "vie privée et familiale". Le conjoint étranger peut en bénéficier, de plein droit, dès le mariage.

Au regard de l'acquisition de la nationalité française :

  • Si le conjoint étranger est en situation régulière, il peut obtenir la nationalité française au bout de 4 ans de vie commune, à condition qu'à la date de cette déclaration la communauté de vie tant affective que matérielle n'ait pas cessée entre les époux depuis le mariage.

Au regard des mesures d'éloignement du territoire :

  • Le conjoint étranger peut faire l'objet d'un arrêté de reconduite à la frontière, s'il est en situation irrégulière, son mariage avec un(e) Français(e) ne le protège pas (à moins qu'il ne fasse partie des personnes protégées contre la reconduite à la frontière).
  • S'il constitue une menace à l'ordre public, il peut être expulsé (sauf cas protégés) et/ou interdit du territoire (sauf s'il est mineur ou s'il est protégé contre l'expulsion)
  • Il peut également être interdit du territoire (vérifiez les cas protégés et les garanties)

 Au bout d'un an de vie commune :

  • Le conjoint étranger est protégé contre l'expulsion et la reconduite à la frontière (sauf condamnation à une peine de prison ferme d'au moins cinq ans, nécessité impérieuse ou urgence absolue).
  • Par contre, il n'est pas protégé contre une interdiction du territoire.
  • Toutefois, il bénéficie d'une garantie en cas d'interdiction judiciaire du territoire, il ne peut faire l'objet d'une telle mesure que par décision spécialement motivée.

 Au bout de trois ans de vie commune, le conjoint étranger peut demander une carte de résident (valable 10 ans).

Si le mariage est célébré à l'étranger

 En cas de mariage à l'étranger, pour qu'il soit reconnu en France, certaines conditions doivent être remplies :

  • Le mariage est généralement célébré à la mairie (ou équivalent) du domicile du conjoint étranger (exemple au Cameroun).
    Dans certain cas, peut aussi être célébré, au consulat de France, par le Consul. (Si le conjoint français réside depuis plus d'un mois dans ce pays, si localement, le mariage n'offre pas les garanties exigées par la loi Française).
  • La cérémonie doit avoir été célébrée suivant les formes admises en France. Notamment, les époux doivent répondre aux même conditions légales qu'en France (age, non-polygamie,...).
  • La cérémonie doit avoir été précédée par la publication des bans, en France comme dans le pays étranger, dans les délais prévus avant le mariage (méfiez-vous du délai de 1 mois de publication des bans au Cameroun).
    La publication des bans en France est faite par le consulat de France, qui avertit les autorités compétentes en France.
  • Une fois que le mariage entre un ressortissant français et un(e) étranger(e) a été célébré et enregistré par l'officier de l'état civil local, il doit faire l'objet d'une transcription sur les registres de l'état civil du consulat de France.
    Celui-ci transmet alors une copie de ces informations au service central d'état civil du ministère des affaires étrangères

Attention - le service de l'état civil français peut refuser la transcription s'il a des doutes sur la légalité de votre mariage. Il doit alors saisir le procureur de la République. Celui ci peut mener une enquête et demander l'annulation du mariage s'il constate une fraude à la loi ou un défaut de consentement.

Dans le cas contraire, le procureur autorise la transcription de l'acte et vous obtiendrez un extrait de votre acte de mariage.

ATTENTION - Il faut souvent que la transcription du mariage soit effective pour que le conjoint étranger puisse obtenir le visa afin de rejoindre son époux (ou épouse) en France.

Les délais sont variables. Ils peuvent être très rapides, particulièrement à Yaoundé, si le mariage a été réalisé en conformité avec les règles du mariage français. Sinon l'épouse risque d'attendre plusieurs mois avant de rejoindre son époux...

Et la "Dot" alors !

 Si en France la  dot était encore d'usage il y a quelques générations, c'était alors la famille de la future épouse qui dotait le couple....

Au Cameroun comme dans beaucoup de pays d'Afrique, la réalité est toute autre. C'est le futur marié qui "dote" la famille de sa future épouse. Un européen aurait tendance à comprendre que à partir de ça, la femme devient "propriété" de son mari ... et trouve ce procédé un peu dégradant pour sa future épouse.

Il ne faut pas le comprendre comme cela, mais comme une tradition. De plus, la femme qui quitte son cercle familial, auquel elle participe activement par ses divers travaux est perçu, par son entourage, comme un préjudice. La femme africaine a aussi des devoirs vis à vis de sa hiérarchie familiale (il n'y a pas de Caisse de Retraite et encore moins de Sécurité Sociale).

Traditionnellement, cette dot consistait à donner la valeur d'une pièce de bétail... Mais quand le beau-fils a "la peau blanche", cette dot peut être excessivement élevée. La dot est estimée par un conseil de famille, en fonction des besoins de chacun de ses membres...

Comme vous irez en Afrique avant le mariage, ou pour le mariage, c'est le meilleur moment pour en parler avec votre futur beau-père. Expliquez lui que  la France n'est pas un pays ou l'or coule à flot, que vous allez vous occuper bien de sa fille et que en fonction des ressource du ménage, occasionnellement vous aiderez votre belle famille...Vous pourrez transiger sur une dot plus raisonnable (un costume, un bien d'équipement,..)

Par chance, le beau-père d'Alain, a souhaité se montrer plus évolué et a fait cadeau de cette dot. Ses "pères" et "frères" ne sont pas vraiment de son avis, mais il a fait ce choix.

Alain avait aussi expliqué, à la famille de Sara, que leur projet de mariage, aurait été difficilement réalisable s'il avait fallu payer une dot. Par contre, il semblait normal, que Sara, lorsqu'elle serait en France, aide financièrement l'un ou l'autre, en fonction de nos moyens. C'est ce que nous faisons.

Il existe aussi des cas ou la femme africaine coupe les ponts avec sa famille, ne pouvant payer la dot demandée par les siens...

 
Accueil | Adresses | Coûts | Cameroun | Cercle franco-africain | Cuisine | Communication | Formalités | Elle-Lui | FAQ | Forum | Histoire | Liens | Livres | Livre d'or | Mariage | Plan du site | Photos | Renseignements | Santé